Deux liens pour la rentrée

dsc_1845Le web regorge de ressources plus ou moins utiles relatives aux arts martiaux en général et au kendo en particulier. Les conseils les plus élémentaires sur l’entretien du shinaï ou la façon de plier le hakama sont aisément disponibles et les débutants ne peinent pas trop à débusquer les meilleures ressources pour ce qui touche au matériel. Le web constitue également une encyclopédie technique qui permet de clarifier rapidement, au moindre doute, un point litigieux. Il est facile de vérifier la position d’un pied, l’angle d’une coupe, la hauteur d’une garde en consultant l’une des innombrables vidéos présentant le kendo no kata.

Cependant, en matière de conseils techniques, il n’est pas toujours facile de séparer le bon grain de l’ivraie, car les maîtres autoproclamés sont nombreux à proposer des techniques qui sont au kendo ce que la fondue savoyarde est à la gastronomie brésilienne.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=9o-DCk2qhDM]

Bref, entre les sites new-age traitant des pouvoirs magiques de l’énergie corporelle  et les  vidéos pédagogiques produites par des senseïs improvisés, il n’est pas toujours facile pour le débutant d’identifier les ressources les plus utiles à sa progression.

Sans doute le plus sage est-il, en fait, de ne pas chercher en ligne des conseils techniques, et de se contenter de suivre ceux dispensés par son (ou ses) professeur(s). Le kendo ne s’apprend pas à distance. Il faut un enseignant qui vous connaisse, qui vous voit évoluer, qui connait vos faiblesses et vos qualités, qui adapte ses conseils à vos propres besoins et qui suive un programme pré-défini, cohérent. De ce point de vue, la consultation du web devrait se limiter à la vérifications d’exercices vus préalablement en cours ou en stage, avec des enseignants. In fine, à titre personnel, ce que je recherche sur le web, ce sont moins des conseils techniques que des informations susceptibles d’enrichir ma culture générale et ma compréhension de la discipline.

Il n’empêche que le web offre bien des ressources utiles. Aux alentours des années 2007-2010, le forum du Comité national de kendo était extrêmement actif ; il était le lieu d’innombrables débats, souvent très enrichissants. Les discussions allaient bon train sur tous les sujets liés au sabre ;  sa consultation quotidienne permettait de s’immerger dans une espèce de bain kendoïstique, avec la participation régulière de quelques-uns des plus hauts gradés français. Depuis, le forum du CNK semble avoir  sombré dans une relative léthargie, et je ne lui connais pas d’héritier direct. Le forum de notre club a connu à peu près la même évolution (mais il ne tient qu’à nous de le ressusciter !). Il n’existe plus, à ma connaissance d’espace numérique fédérant aujourd’hui l’essentiel des énergies du kendo français. Les bonnes volontés se sont dispersées en une mosaïque de micro-réseaux (comparable au nôtre) sur la toile.

Cependant, d’excellents sites existent, qui peuvent intéresser autant les débutants que les pratiquants avancés. On en signalera deux,  pour commencer, qui nous semble présenter un intérêt certain pour le pratiquant, quelque soit son niveau.

Le blog de Jean-Pierre Labru

En 2015, une grande personnalité du kendo français, Jean Pierre Labru, 7e dan renshi, a lancé un blog  intitulé  Jibun no hana o sakase yo – Contribution au décryptage des principes de l’apprentissage du kendo. Il y fait partager ses réflexions, issues de près de 40 années de pratique. A travers des articles généralement brefs, mais concrets, appuyés sur des expériences vécues et racontées, il offre de très utiles pensées sur les notions de combat, de compétition, de progrès, la relation au partenaire, le rôle des grades, etc. Ces articles, il faut les lire et il faudra même les relire au fur et à mesure que l’on progressera dans la voie, car il y a fort à parier que notre compréhension/appréhension de ces textes évoluera avec le temps, selon la progression, l’évolution et l’expérience de chacun.

Une histoire du kendo en France

Ceux qui s’intéressent à la pré-histoire et à l’histoire du kendo en France se rendront aussi avec profit sur le site du club d’Angoulème, qui propose un excellent article de Tanguy L’Aminot, universitaire spécialiste de Jean Jacques Rousseau, qui retrace l’histoire du kendo en France des années 1950 à 1980. Ce texte mérite d’être lu attentivement, car nous avons la chance de pratiquer une discipline relativement jeune en France. Un grand nombre de pionniers du kendo français sont encore présents et actifs dans notre petit milieu. Il n’est pas anodin de croiser, lors de stages ou de compétitions, des kendokas comme Bernard Durand ou Yoshimura Kenichi. C’est une chance et une richesse. Mais pour en prendre conscience, il importe de connaître se familiariser avec l’histoire récente de notre discipline. Une démarche réflexive permet prendre une juste distance avec sa propre pratique, en se situant dans un continuum de longue durée, et d’enrichir ainsi, en profondeur, notre relation à l’escrime japonaise.

Gambatte !

Rémi.

Cet article a 3 commentaires

  1. ça fait beaucoup de bonnes lectures ! Les forums sont encore une excellente source d’informations sérieuses, mais aussi de traces de bêtises amusantes (fossilisées pour certaines, mais toujours drôles…)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
Aller à la barre d’outils